12 avr. 2017

ESPACES DE TRAVAIL : Ce que l’environnement de travail peut apprendre de l'hôtellerie

L’origine des hôtels tient dans la fourniture à un voyageur d’un espace privé : sa chambre. Qui mieux que l’hôtellerie pour comprendre les évolutions dans les besoins de ces espaces individuels – et pour optimiser la rentabilité de chaque mètre carré ? En entreprise, si la tendance est à la rationalisation de l’occupation et au décloisonnement, il est crucial de préserver des espaces d’évasion et d’isolement, et de fournir des échappatoires au tout collectif.

Rationalisation

Chez Okko et Citizen M, la chambre se réduit à sa portion congrue en termes de surface. « En rationalisant bien l’espace, comme l’ont fait Okko et Citizen M, 13 ou 14m² suffisent pour une chambre. Les 15 m² supplémentaires sont inutiles » commente Olivier Petit, Associé Tourisme, Culture et Hôtellerie chez In Extenso.

« Un lit confortable et une bonne isolation phonique pour un sommeil reposant, un petit bureau pour poser son ordinateur, des prises en nombre suffisant et facilement accessibles pour brancher ses chargeurs, une bonne connexion, une douche fonctionnelle et agréable sont tout ce dont le voyageur d’affaire a besoin » énumère-t-il. La chambre est ainsi presque exclusivement dédiée au repos. Côté établissement, le nombre de chambres peut augmenter, celui des m² par client diminuer.
Résultat : on optimise la surface utile.

 

En entreprise, les espaces sont à la fois plus grands – par le décloisonnement – et plus petits – en proportion du nombre de collaborateurs. Les entreprises dimensionnent l’aménagement des bureaux en fonction d’un taux d’occupation moyen et maximal, pariant sur les déplacements des collaborateurs, sur le développement du télétravail, et donc sur leur absence physique des locaux. Les postes de travail sont partagés, réduits au strict nécessaire : table, lampe, outils de connectique, complétés éventuellement d’un casier personnel pour que chacun puisse laisser sur place ce dont il peut avoir besoin d’un jour sur l’autre. Tout l’enjeu est de bien dimensionner les besoins d’occupation, et de proposer des espaces réellement polyvalents.

 

Modularité

Le client peut maintenant transformer sa chambre en fonction de ses envies et besoins du moment. Finis – ou presque – le mobilier fixe, l’immense bureau, le repose-bagage, l’armoire. Apparaissent des matériaux nouveaux qui permettent de jouer sur les ambiances : cloisons dont on peut faire varier l’opacité, jeux de lumières et de couleurs.

Dans ces chambres modulables, les fonctionnalités se révèlent en fonction de l’activité : cloisons allégées ou effacées et mobilier polyvalent permettent d’appréhender la chambre indistinctement comme une salle de jeu, un salon TV, une salle de gym, un lieu pour une réunion impromptue. Le client dispose d’un espace à sa mesure qui s’adapte à ses besoins, où chaque pièce de mobilier peut remplir consécutivement, ou simultanément, différents rôles. Manfred Terliesner, architecte d’intérieur, donne quelques exemples : « Les concepts rigides de l’espace sont de plus en plus remplacés par des meubles isolés avec des possibilités d’utilisation flexible. Les bureaux sont ainsi déplacés de leur position fixe au mur ou à la fenêtre, et différentes possibilités d’arrangement sont offertes. Les téléviseurs sont installés de façon pivotante et sont visibles à partir du lit et du bureau. Des tabourets confortables peuvent être positionnés de manière flexible dans la pièce et peuvent également être utilisés comme porte-bagages ». La modularité permet au client de composer l’atmosphère qui lui convient le mieux, et de s’approprier les lieux.

En entreprise, on peut concevoir des espaces de travail individuels qui s’adaptent aux différentes activités du collaborateur : communiquer, réfléchir, échanger, s’isoler… tout en restant à son poste ou au moins sans quitter l’open-space. Le mobilier joue ici un rôle essentiel, via notamment les panneaux de division. Les nouveaux Divisio intelligent Screens de Steelcase offrent une réponse intéressante, car ils permettent de signaler quels postes de travail sont disponibles ou non, et pour les bureaux personnels, d’actionner une fonction "ne pas déranger " si le collaborateur souhaite ne pas être interrompu.

 

Personnalisation

A l’instar des parties communes, la standardisation cède le pas à une personnalisation du décor. Rappel de l’environnement extérieur, invitation de designers locaux, ou d’artistes, le principe est de conférer à la chambre une atmosphère particulière et personnelle, afin d’accentuer l’impression de cocon. Comme le résume Robert Cheng, Directeur marketing de Peninsula Hotels :

« Nous souhaitons que chaque hôtel soit différent et relève d’une identité propre à chaque pays où nous sommes implantés. » L’hôtel parisien, par exemple, aura un style tout parisien, du décor à la cuisine en passant par le personnel.

La chambre personnalisable était le thème de « My Room concept » au salon Equip’hotel de 2014. Le client peut choisir l’atmosphère qu’il souhaite trouver dans sa chambre, mais aussi l’agencement des meubles dans la pièce. Ainsi le lit se rétracte pour permettre une petite réunion, ou encore, en mode « travail » le rideau se tire de manière à limiter les reflets sur l’écran d’ordinateur. Un concept poussé à l’extrême lors de ce salon, mais la chambre personnalisable est déjà une réalité dans certaines enseignes.

Par exemple, via des tablettes interactives, les clients du groupe Peninsula peuvent déjà personnaliser leur espace en fonction de leurs préférences. Les tablettes donnent aussi accès au service d’étage, au menu du restaurant, à la télévision à la demande, aux services de l’établissement, et aux informations touristiques. Même chose chez Conrad avec l’application Conrad Concierge.

 

En entreprise, la technologie va rapidement faciliter la personnalisation d’un poste de travail partagé. L’utilisateur du jour connectera son badge et retrouvera toutes ses préférences d’aménagement : raccourcis de bureau, applications, réglages de la chaise, voire photos personnelles, et pourra s’installer immédiatement au poste de travail qu’il a choisi.

 

Toujours dans la recherche du bien-être au travail, l’objectif est d’oublier les batailles pour le réglage du thermostat, mais aussi les pertes énergétiques liées au chauffage ou à la climatisation de grands espaces. Au printemps 2017, au siège de l’entreprise Agnelli, chacun pourra régler la température autour de son poste de travail comme il l’entend !

 


Article proposé par Virginie Depardieu, Chef des Ventes Facility Management pour Elior Services. 

Opérateur de référence sur les métiers de l’environnement de travail, avec des équipes dédiées Propreté, Courrier, Accueil, Petite maintenance, Logistique et Espaces verts, Elior Services construit avec ses clients des solutions sur–mesure en mettant à la disposition de chaque site le savoir–faire de ses équipes et l’expertises de ses services support.

 


Hôtellerie d’entreprise : Retrouvez toutes les bonnes pratiques de l’hôtellerie traditionnelle dans le ebook :  « Ce que l’environnement de travail peut apprendre de l'hôtellerie ». Recevoir le ebook.

Recevez un résumé mensuel de nos articles
Rechercher
Articles mis en avant
ACCUEIL : Ce que l’environnement de travail peut apprendre de l'hôtellerieLe décloisonnement des espaces collectifs, mais aussi la personnalisation de l‘expérience client, ont un impact...Lire la suite
Accueil : l’expérience visiteur dans une entreprise full-digitalUne arrivée en douceurCe matin, Jérôme Marchand se rend au siège de la société Leblanc...Lire la suite
La robotisation de la propretéLes évolutions technologiques permettent aujourd’hui un développement croissant de la robotique de service à usage...Lire la suite
Récemment
Et si on acceptait le chien au bureau ?Article commenté par Anaïs Razin, à l'écoute des tendances Extrait de l'article publié sur : www.capital.fr La présence de...Lire la suite
Meilleurs articles du mois
"Responsable du bonheur", ce poste atypique qui émerge dans les entreprisesArticle commenté par Anaïs Razin, à l'écoute des tendances Extrait de l'article publié sur : www.lefigaro.fr INTERVIEW - Nathalie...Lire la suite
La charte d’accueil téléphonique : entre standardisation et personnalisation Qu’il s’agisse d’un premier accueil ou d’un appelant récurrent, l’enjeu est de garantir à chacun...Lire la suite
ESPACES COLLECTIFS : Ce que l’environnement de travail peut apprendre de l'hôtellerieDé-cloi-son-ner !Les besoins de la clientèle et de la gestion des ressources humaines évoluent. Pour y...Lire la suite