1 nov. 2017

Millennials : quand le travail se veut d’abord un style de vie

Nés entre le début des années 1980 et la fin des années 1990, les Millennials, ou Génération Y, représenteront 75 % des travailleurs en 2025, c’est-à-dire… demain. Ils présentent des aspirations en termes d’environnement de travail et de management qu’il faut connaître pour leur donner leur place et en obtenir le meilleur. 8 clés pour susciter l’engagement des Millennials.

Une entreprise lifestyle

Derniers arrivés sur le marché du travail, les Millennials n’hésitent pas à remettre en cause les codes et les habitudes de leurs aînés. D’après une étude du cabinet PWC, 65 % d’entre eux estiment que les méthodes de travail traditionnelles les empêchent de développer leur potentiel, et que davantage de souplesse les rendrait plus productifs.

Pour eux, l’entreprise se fond dans un vaste ensemble où vie privée et vie professionnelle se mélangent : ce n’est plus le lieu où ils viennent travailler de 9h à 18h, mais un élément parmi d’autres. Les Millennials prennent leurs distances avec les codes et les obligations traditionnelles, ils font le choix de vie d’appartenir à une communauté-tribu, qui incarne des valeurs auxquelles ils croient.

Selon une étude Cegos, 48 % d’entre eux sont prêts à quitter leur entreprise à court ou moyen terme (3 ans). Pour un « meilleur management » (17 %), à égalité avec « une meilleure ambiance de travail » (16 %). Même si la rémunération reste le premier critère d’attractivité pour 64 % d’entre eux, le monde du travail doit participer à leur épanouissement personnel, sous peine de séparation anticipée.


8 clés pour susciter l’engagement des Millennials

1. Des valeurs partagées
Les Millennials s’engagent pour une entreprise parce qu’elle est en adéquation avec leurs valeurs. Ils ont besoin de travailler dans une organisation capable de changer les choses ; ils la désirent à la fois humaine et à la hauteur de leurs ambitions. Elle doit aussi être reconnue pour l’excellence de son offre de produit ou de service.

2. La recherche du développement durable
Les Millennials ont une réelle conscience écologique, doublée d’un sens des responsabilités face aux problématiques environnementales. Ils veulent que tous les aspects de leur vie, y compris professionnelle, ne laissent qu’une empreinte écologique minime. Ils pratiquent le tri sélectif, limitent le nombre de corbeilles à papier et préfèrent laver leur propre mug plutôt que jeter des gobelets en plastique.

Aux documents imprimés ils privilégient l’affichage sur mobile et la version électronique. Ils sont les premiers à dénoncer un usage immodéré des copieurs.

3. Un environnement technologique à la hauteur
Pour les Millennials, il n’y a pas de raison pour que les outils professionnels ne soient pas aussi simples et pratiques que les outils personnels. Pourquoi utiliser le système interne de prise de réunions alors qu’on parvient au même résultat plus vite et sans effort d’apprentissage en utilisant Doodle au bureau comme à la maison ? Ils auront du mal à accepter des obligations sans être intimement convaincus de leur raison d’être…

Plutôt que tolérer l’existence d’un shadow IT, les entreprises veilleront à rester en cohérence avec la pratique personnelle de leurs collaborateurs les plus modernes.

4. Une organisation inspirante
Pour cette génération, le leader doit être un modèle en matière sociale : aussi passionnant que passionné, charismatique, accessible, responsable. Les Millennials cherchent la confiance : ils veulent participer et être responsabilisés, co-construire et s’investir dans les projets engagés.

Leur intégration passe par un environnement de travail ouvert et collaboratif, où ils bénéficieront d’une autonomie accrue et de flexibilité dans l’accomplissement de leurs missions.

5. Un bureau qui ne ressemble pas à un bureau
Les Millennials goûtent peu le télétravail, vu comme un élément de désociabilisation ; ils préfèrent transformer leurs bureaux en un lieu agréable où ils se sentent bien. Il ne s’agit pas forcément l’espace rêvé des start-ups : il peut très bien s’agir d’un bureau classique ! Plantes vertes et espace nature à entretenir soi-même sont les bienvenus. Mieux encore : des toitures et/ou des façades végétalisées leur apporteront une vraie fierté d’appartenance. De même qu’un potager partagé où ils pourront à la fois cultiver leurs tomates et leurs relations interpersonnelles (avant de se rendre à une Flashmob Party, pour les plus enragés).

6. Pas d’horaires
Les vies privée et professionnelle des Millennials s’entremêlent en un blurring permanent. Tout au long de la journée ils alternent travail et mails personnels, réunions et réseaux sociaux, suivi de projet et courses en ligne. Et le travail peut tout aussi bien s’effectuer le soir, même tard.

D’après une étude réalisée par IPSOS en 2014, 4 salariés français sur 5 jugent cette pratique satisfaisante… même si 3 sur 5 la pensent susceptible de constituer une source supplémentaire de stress. S’il n’appartient pas à l’employeur d’en juger, il devra cependant prendre des précautions pour limiter ces pratiques à ceux qui les souhaitent réellement : le droit à la déconnexion a été introduit en droit français le 1er janvier 2017.

7. Le bien-être à tout prix
Pour les Millennials, nouer des liens étroits avec ses collègues représente le premier facteur de bien-être. A l’exemple des start-ups, se développent le travail en tribes, les salles de jeu, les espaces de déconnexion. Et pourquoi pas un pop-up desk (bureau assis/debout) dans un lieu inattendu, co-conçu avec les collaborateurs ? L’idée, largement mise en pratique dans les espaces de coworking, est d’offrir des zones et des atmosphères différentes, que chacun choisira en fonction de sa tâche, de son humeur et du moment.

La solution passe aussi par le développement de réseaux sociaux internes, la mise en place d’horaires de travail flexibles, voire par des plages de travail réservées à des projets personnels.

8. Un univers humanisé et personnalisé
Rompus à l’usage des réseaux sociaux, les Millennials sont moins réticents que d’autres à partager des informations individuelles. Avec eux, les sujets de conversation vont largement intégrer la vie personnelle. Et dans l’autre sens, ils n’hésiteront pas à faire connaître à l’extérieur la qualité ou les limites de l’organisation – la glassdoorisation est en marche ! Il faudra veiller en revanche à ce que les informations véritablement confidentielles ne sortent pas de l’entreprise, à nouveau en faisant un effort pédagogique. Le Millennial saura protéger sa tribu s’il a conscience de ses responsabilités !


Les Millennials ne constituent pas une population homogène. Leurs rêves, comme leurs habitudes, savent aussi s’accommoder de la réalité. Mais ils partagent la vision d’une entreprise joyeuse et collaborative, respectueuse et moderne, où leurs vies professionnelle et privée se mêlent harmonieusement. C’est dans ces conditions qu’ils donneront le meilleur d’eux-mêmes.

Article rédigé par Charles-Edouard Aubry pour 100% Services.

Recevez un résumé mensuel de nos articles
Rechercher
Articles mis en avant
ACCUEIL : Ce que l’environnement de travail peut apprendre de l'hôtellerieLe décloisonnement des espaces collectifs, mais aussi la personnalisation de l‘expérience client, ont un impact...Lire la suite
Accueil : l’expérience visiteur dans une entreprise full-digitalUne arrivée en douceurCe matin, Jérôme Marchand se rend au siège de la société Leblanc...Lire la suite
La robotisation de la propretéLes évolutions technologiques permettent aujourd’hui un développement croissant de la robotique de service à usage...Lire la suite
Récemment
La valorisation du service par le digitalUne montée en puissance du service « occupant » grâce au digital   C’est la notion même de services...Lire la suite
Meilleurs articles du mois
Millennials : quand le travail se veut d’abord un style de vieUne entreprise lifestyleDerniers arrivés sur le marché du travail, les Millennials n’hésitent pas à remettre...Lire la suite
Combien coûte un poste de travail en 2017 ?L’étude montre également la part importante représentée par l’immobilier dans ce coût et la relative...Lire la suite
La valorisation du service par le digitalUne montée en puissance du service « occupant » grâce au digital   C’est la notion même de services...Lire la suite