LES ENJEUX DE L'ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL DECRYPTES PAR ELIOR SERVICES

LES ENJEUX DE L'ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL DECRYPTES PAR ELIOR SERVICES

1 nov. 2017

Tom Lowe
1 nov. 2017

[Article] Un nouveau référentiel pour acheter plus responsable

Les achats responsables font désormais l'objet d'une norme ISO, qui s'inspire du label français « Relations fournisseur responsables », et se structure comme la norme ISO 26000 sur la responsabilité sociétale des entreprises. Mode d'emploi de ce nouveau référentiel avec Nathalie Paillon, chargée de mission à l’OBSAR.

“Un achat responsable est un achat dont les impacts environnementaux, sociaux et économiques sont les plus positifs possibles sur toute la durée du cycle de vie et qui aspire à réduire le plus possible les impacts négatifs.” Telle est la définition précisée par la norme ISO 20400.


Compatible avec une politique de réduction des coûts

Ce référentiel est très récent puisqu'il a été publié fin mai 2017. « 90 % des pays votants l'ont approuvé, ce qui traduit un fort consensus. Il faut dire que de plus en plus d'entreprises, notamment les plus grandes, intègrent cette notion d'achats responsables, par le biais de leur politique RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) », indique Nathalie Paillon, chargée de mission à l'OBSAR (Observatoire des achats responsables).

« Prioritaires pour 43% des acheteurs »

Selon le baromètre 2017 de l'Observatoire, réalisé avec Opinion Way, les achats responsables sont prioritaires pour 43 % des acheteurs, et ils ne sont plus considérés comme incompatibles avec une politique de réduction des coûts. Parmi les principales raisons pour acheter responsable figurent une meilleure maîtrise des risques, une vraie prise de conscience des responsabilités sociétales (développement économique local, emploi…), ainsi que la recherche d'économies de ressources.


Harmoniser les bonnes pratiques

Le nouveau référentiel va permettre d'harmoniser les bonnes pratiques à un niveau international, en partageant le même langage. Elle renforce le rôle stratégique des achats dans les organisations, tout en clarifiant les rôles, les responsabilités, les missions des acheteurs en lien avec les fournisseurs. Et au final, elle peut même permettre aux entreprises de faire des économies en optimisant les consommations de ressources.

Par exemple, dans le domaine de la propreté, l'achat responsable peut réduire la consommation d'eau de l'entreprise. Dans celui de l'hôtellerie de santé, il conduit à travailler à diminuer les dépenses énergétiques.

C'est d'autant plus vrai que le nouveau référentiel met l'accent sur le fait que la réduction des impacts d'un service ou d'un produit doit être analysée tout au long de sa durée de vie. Et ce, dans tous les domaines (social, environnemental, économique) et du point de vue de toutes les parties prenantes (client, fournisseur, consommateur, institutionnels…).


7 questions centrales

Comment fonctionne la norme ? Exactement comme l'ISO 26000 sur la RSE. Elle s’articule donc autour de 7 questions centrales : 

  • la gouvernance de l’organisation,
  • les droits de l’Homme,
  • les relations et conditions de travail,
  • l'environnement,
  • les bonnes pratiques des affaires,
  • les questions relatives aux consommateurs,
  • l'engagement sociétal.

La dimension économique n'apparaît pas ? C’est qu’elle est considérée comme transversale ; elle est donc intégrée dans chacune des sept questions.

« Le référentiel ne veut pas dire qu’il faut être exhaustif »

Du côté de l'acheteur, « le référentiel invite à investiguer dans ces différents domaines, explique Nathalie Paillon. Ce qui ne veut pas dire qu'il faut être exhaustif. Selon le type de prestation, il faut se poser la question de savoir quels sont ceux qui vont apporter le plus de valeur. » Par exemple, sur un service d'accueil, la protection de l'environnement n'apparaît pas comme le thème le plus porteur. En revanche, celui des conditions de travail devra être examiné de près. Pour une prestation d'espaces verts, l'aspect environnement devient essentiel, tout comme les conditions de travail. Bref, il s'agit de fixer ses priorités en fonction des impacts - faute de quoi l'analyse de l'achat responsable tourne rapidement au casse-tête ou au travail de fourni pour un maigre résultat… !


La transparence paie

Idem du côté du fournisseur qui a tout intérêt à travailler sur les impacts les plus importants au regard de son activité. Un énergéticien, par exemple, s'attachera à travailler sur son bilan carbone pour réduire ses émissions de CO2. « Lorsqu'un fournisseur a une stratégie clairement identifiée et des points d'action décrits, l'acheteur pourra s'appuyer sur ces éléments dans sa consultation », indique Nathalie Paillon. Une visibilité qui ouvre la porte du client, en quelque sorte.

À noter enfin que les auteurs de la norme ISO 20400 se sont largement inspirés du label français Relations fournisseur responsables. Un travail important a été conduit pour y intégrer des recommandations issues de la norme, si bien que le label répondra à des exigences plus fortes, tout en bénéficiant de la légitimité conférée par la norme ISO. Il sera ainsi plus facilement valorisable à l'étranger.


Article rédigé par Alain Lamour pour 100% Achats

Abonnez vous à notre newsletter mensuelle
Rechercher
Notre sélection
[Article] ACCUEIL : Ce que l’environnement de travail peut apprendre de l'hôtellerieLe décloisonnement des espaces collectifs, mais aussi la personnalisation de l‘expérience client, ont un impact...Lire la suite
[Article] Le Stadium Manager : un chef d’orchestre au cœur du stade Des millions d’utilisateurs fréquentent aujourd’hui les stades. Pour leur permettre de bénéficier d’équipements agréables, propres...Lire la suite
[Article] Accueil : l’expérience visiteur dans une entreprise full-digitalUne arrivée en douceurCe matin, Jérôme Marchand se rend au siège de la société Leblanc...Lire la suite
Récemment
[Événement] La 6e édition du WPM décryptée pour vous - couverture de l’événement 2018 !Suivi des conférences et décryptage des tendances de demain, votre média 100% Services vous prépare...Lire la suite